Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
La France à vélo

Roma....

24 Juillet 2010 , Rédigé par Xavier Schmitt Publié dans #Paris-Rome-Juillet 2010

Week-end à Rome...

Pour la petite histoire, cette ville serait fondée selon une légende en 753 avant J-C par les deux jumeaux Romulus et Rémus. Romulus ayant tué Rémus, il aurait ainsi pu choisir le nom de la ville...

Aujourd'hui, c'est une petite balade dans les rues de Rome et quelques sites incontournables que je vous propose... Commençons par le Vatican, le plus petit état du monde avec moins d'un demi-kilomètre carré. Créé en 1929 à l'issue des accords de Latran pour assurer la représentation temporelle du Saint Siège, il est entièrement enclavé dans la ville de Rome. Il en est séparé par de hauts remparts datant du moyen-âge.005-Place St-Pierre

 

 

 

 

 

 

 

La Place Saint Pierre et la Basilique de jour...

 

 

 

 

 

 

 

   

Les plus grands architectes et peintres de la renaissance italienne ont oeuvré à sa construction. Il aura fallu 160 ans pour l'édification de la Basilique St Pierre. La Chapelle Sixtine jouxte la basilique. Construite bien avant, elle fut endommagée par les travaux de construction de la Basilique. Le pape Jules II demanda à Michel-Ange de refaire la décoration. Là c'est toute la genèse qui est y peinte en plusieurs scènes, dont La Création de L'Homme et Le Jugement Dernier.

006-Vatican 

 

 

 

 

 

 

...et de nuit...

 

 

 

 

 

 

 

 

Ce sont des gardes suisses qui en assurent la surveillance depuis 1506 à la demande du Pape Jules II. Ces mercenaires de l'armée suisse étaient réputés pour être les meilleurs d'Europe. Ils ont vaillamment combattu contre notamment les troupes de Charles Quint voulant accéder au tombeau de Saint Pierre. Non loin de là se trouve le Castel Sant Angelo qui est séparé du Vatican par la Via Della Conciliazionne.

007-Via dela Conciliazione

 

 

 

 

 

 

 

La Via Della Conciliazionne avec le Vatican au fond...

 

 

 

 

 

 

 

 

Construit à la demande de l'empereur Hadrien pour en faire son mausolée en 135., il fut détourné de son usage initial au moyen-âge pour faire partie intégrante du système de défense de Rome. Il devient ensuite un lieu de refuge pour les papes et aussi une prison. Le fleuve Tibre qui arrose Rome coule à ses pieds.

008-Castel Sant' Angelo

 

 

 

 

 

 

 

Castel S.Angelo...

 

 

 

 

 

 

 

 

A quelques encablures, de l'autre côté du Tibre se trouve la Piazza di Spagna (la Place d'Espagne). Elle est l'une des plus fréquentées de la ville. Son nom vient de la présence de l'ambassade d'Espagne sur la place. L'église de la Trinité des Monts construite par des français et son parvis offrent un très beau point de vue sur toute la ville.

040-Piazza di Spagna

 

 

 

 

 

 

 

 

 

La Place d'Espagne est reliée à la Trinité des Monts par un escalier monumental construit en 1725...

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

L'escalier monumental fleuri d'azalées au printemps offre un repos aux nombreux touristes et romains qui flânent dans ce lieu incontournable qu'un obélisque venu d'Egypte surplombe. La belle fontaine sur la place représentant une barque prenant l'eau apporte un peu de fraîcheur cet après-midi...

034-Fontaine de Trevi

 

 

 

 

 

 

 

La Fontaine de Trevi de jour...

 

 

 

 

 

 

 

 

Voilà maintenant la Fontaine de Trevi, elle est assurément la plus connue de Rome. Elle est construite en 1762 sur l'emplacement d'une source. Son nom vient de Trevi, le prénom d'une jeune fille qui aurait révélé l'emplacement de la source à des soldats romains pour sauver sa virginité. L'endroit est très prisé des touristes ainsi que des pickpockets, mais les "carabinieris" veillent.

035-Fontaine de Trevi

 

 

 

 

 

 

 

Et de nuit...

 

 

 

 

 

 

 

 

Voilà maintenant la Piazza Navona, la plus grande place de Rome. Elle a été construite à l'emplacement d'un ancien stade dont elle reprend la forme. Au milieu trône une fontaine, encore une (il y en a plus de 2500 dans la ville!). Sur chaque côté se trouve 4 statues qui représentent un fleuve de chaque continent : le Danube pour l'Europe, le Nil pour l'Afrique, le Rio de la Plata pour l'Amérique et le Gange pour l'Asie.

039-Piazza Navona

 

 

 

 

 

 

 

La Piazza Navona...

 

 

 

 

 

 

 

 

Non loin de là, l'Ambassade de France constitue l'un des plus beaux palais de Rome. La construction du Palais Farnèse fut achevée par Michel-Ange en 1589 après 75 ans de travaux. Au bout de la Via Corso se trouvent la Piazza Venezia, et surtout le palais en marbre blanc dédié à Victor Emmanuel II, le premier Roi d'Italie. Les deux fontaines de part et d’autre représentent les mers Adriatique et Tyrrhénienne qui bordent les côtes italiennes.

031-Palais Vittorio Emanuelle II

 

 

 

 

 

 

 

Le Palais de Victor Emmanuel II...

 

 

 

 

 

 

 

 

Sur la gauche du palais, voilà les Forums Romains... Cette partie de la ville est en contrebas. A l'origine la ville commença à grandir autour de cette zone marécageuse. Elle fût par la suite asséchée pour devenir le centre religieux, judiciaire et politique de la ville antique. De nombreux monuments y sont construits dont il reste quelques vestiges.

023-Forums Romains

 

 

 

 

 

 

 

 

Une partie des Forums Romains...

 

 

 

 

 

 

 

La colline du Palatin se trouve à quelques pas des Forums. Il s'agit d'une des sept collines de Rome. Considérée comme le berceau de Rome, c'est ici que Romulus se serait établi avec les premiers habitants. La grotte dans laquelle il se serait abrité en compagnie de Rémus et de la louve qui les nourrissait a été découverte en 2007.  Au pied du Palatin se trouve le Circus Maximus.

013-Thermes de Caracalla

 

 

 

 

 

 

 

L'intérieur des Thermes de Caracalla...

 

 

 

 

 

 

 

 

C'est de loin le plus vaste hippodrome de la ville. Il pouvait accueillir plus de 250000 personnes lors des courses de chars. C'est la plus grande enceinte sportive jamais construite à ce jour avec 600 mètres de long sur 200 mètres de large. A quelques mètres, les restes des Thermes de Caracalla dépassent la cime des pins. L'immense complexe de 11 hectares commandé par l'empereur Septime Sévère sera inauguré par son successeur Caracalla. Les murs étaient recouverts de marbre et les sols de mosaïques.

015-Thermes de Caracalla

 

 

 

 

 

 

 

Le sol des Thermes était constitué de très belles mosaïques...

 

 

 

 

 

 

 

 

Ce n'était pas qu'un complexe de bains mais aussi une bibliothèque, un ensemble de jardins et un lieu où des médecins exerçaient leur profession. En revenant vers le centre historique de la ville, voilà l'Arc de Constantin, situé entre le Palatin et le Colisée. Il fut érigé en 315 pour commémorer une victoire de l'empereur Constantin. et est exclusivement construit par les matériaux issus d'anciens monuments.

017-Arc de Constantin

 

 

 

 

 

 

 

L'arc de Constantin, tout proche du Colisée...

 

 

 

 

 

 

 

 

A quelques mètres, voilà le monument le plus connu de la ville éternelle, à savoir le Colisée. Sa construction débute en 72. Le plus grand amphithéâtre romain sera le lieu de nombreux combats d'animaux et de gladiateurs. Il y avait aussi des exécutions publiques ainsi que des reconstitutions de batailles.

021-Colisée

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Il fut utilisé pendant plus de 500 ans. Une partie du mur côté sud s'est effondré durant un tremblement de terre en 1375. A l'intérieur, les gradins étaient divisés en fonction de la classe sociale des spectateurs, certains gradins étaient réservés pour l'empereur et le sénat, d'autres aux aristocrates et le reste pour la population romaine. Il a subit les affres du temps et des tremblements de terre ainsi que le pillage pour la construction d'autres monuments romains...

042-Fin du Voyage

Voilà pour cette petite balade à travers la ville éternelle... D'autres monuments méritent aussi le détour, mais ça sera pour une prochaine fois.

Direction maintenant une "Gelateria" pour une dégustation de glaces italiennes, mais là, pas de photos ! Ma préférée est celle au yaourt...

 

A bientôt...

 

Xavier

Lire la suite

Etape17-Tarquinia(IT)-Rome(IT)

23 Juillet 2010 , Rédigé par Xavier Schmitt Publié dans #Paris-Rome-Juillet 2010

Tarquinia - Rome 100kms

Paris - Rome1673kms

Tous les chemins mènent à Rome !

Vendredi 23 juillet 2010, c'est le dernier jour de mon périple entamé 18 jours plus tôt sur les quais de Seine à Paris. La Capitale italienne est toute proche. Moins de 100 kilomètres au menu du jour. Sans grande difficulté, à part une circulation intense sur cet axe important qu'est la Voie Aurélia. Le relief est complètement absent du moins jusqu'à l'arrivée à Rome. La mer est là, toute proche, seulement séparée de la route par quelques champs. Au loin, une centrale thermique crache sa fumée dans un ciel toujours aussi bleu.

189-Bateau de Croisière à Civitavecchia

 

 

 

 

 

 

 

Un bateau de croisière attend ses passagers dans le port de Civitavecchia...

 

 

 

 

 

 

 

Le vent est inexistant. Les grandes cheminées des bateaux dépassent des arbres qui longent la mer. Voilà la zone portuaire de Civitavecchia. Cette ville de plus de 50000 habitants est considérée comme le port de Rome. D'ici les bateaux emmènent les voyageurs vers la Sardaigne et la Corse. Stendhal y est nommé consul en 1831. Il écrira notamment "La Chartreuse de Parme" pendant son mandat. A la sortie sud de la ville, la route tortille un peu le long de la mer. Voilà Santa Marinella, une petite station balnéaire où viennent se réfugier les romains en quête de plages. Juste à côté se trouvent encore des sites étrusques, ceux de "La Castellina".

190-Vignoble au nord de Rome

 

 

 

 

 

 

 

 

Quelques arpents de vignes entre Rome et son aéroport...

 

 

 

 

 

 

 

A la sortie de la station balnéaire, la route s'écarte un peu de la mer. C'est une longue ligne droite de plusieurs dizaines de kilomètres à travers cette campagne céréalière entre la mer et les Monts de la Tofla. Dans ces monts, d'importants gisements d'alun y sont découverts à la fin du 15ème siècle. Cette région appartenant à la Papauté fût une manne financière importante pour le Vatican.

002-Borne de la Via Aurelia à l'entrée de Rome

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Une borne à l'entrée de Rome sur la Via Aurelia...

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Les avions font leur approche vers les pistes d'atterrissage de l'aéroport Léonard De Vinci de Rome. Je quitte la Via Aurélia ici, faisant un petit détour car la seule route pour rejoindre directement Rome est une voie express, interdite aux vélos. Direction Ponte Galéria. Des vignes sont plantées sur des coteaux exposés Sud-Ouest. Le Latium est en effet une terre volcanique propice à la production de vins. Les grecs l'avaient compris depuis l'antiquité.

191-Arrivé à Rome!

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Voilà ROMA !!!

 

 

 

 

 

 

Je longe enfin l'aéroport qui semble construit sur des marais assèchés. Il reste 10 kilomètres pour atteindre Rome. Le camping étant situé sur la Via Aurélia, je passe dans les quartiers résidentiels en pleine expansion à l'ouest de la ville. Il fait toujours aussi chaud  en ce début d'après-midi. Voilà le Panneau d'entrée de Rome! Enfin arrivé au camping après 100 kilomètres sans difficulté. Cet après-midi direction le Vatican, histoire de s'imprégner de l'ambiance romaine. Demain, découverte de la ville éternelle...

 

Carte de l'étape :

 

etape 17

 

Profil de l'étape :

 

etape 17-1

Lire la suite

Etape16-Bolsena(IT)-Tarquinia(IT)

22 Juillet 2010 , Rédigé par Xavier Schmitt Publié dans #Paris-Rome-Juillet 2010

Bolsena - Tarquinia 82kms
Paris - Tarquinia 1573kms
A la plage !

Jeudi 23 Juillet 2010, je prends la direction du Sud-Ouest vers Tarquinia et ses sites étrusques. Aujourd'hui, c'est l'une des étapes les plus courtes du parcours avec seulement 82 kilomètres. Mais avec la fatigue accumulée depuis Paris ça sera suffisant!

185-Lac de Bolsena

 

 

 

 

 

 

 

Le Lac volcanique de Bolsena...

 

 

 

 

 

 

 

 

Le lac est redevenu calme ce matin, une mer d'huile! Je compte faire le tour du lac par l'Est. Mais le gps m'indique que la route longeant le lac n'est pas pavée. Je dois donc commencer par une belle ascension en direction de Valentano avec plus de 300 mètres de dénivelé. Valentano situé à plus de 500 mètres d'altitude sur une butte, offre un beau point de vue sur la région du Lazio.

186-Paysage de Lazio vers Valentano

 

 

 

 

 

 

 

La plaine céréalière du Lazio, vers Valentano...

 

 

 

 

 

 

 

 

Les champs entourent la route. Les cigales chantent à tue-tête. Les maïs dépassent les deux mètres de haut. La route va redescendre de façon quasi-continue jusqu'au bout de l'étape. Je laisse au loin sur la gauche le lac de Bolsena pour rejoindre Tuscania. Une importante cité étrusque et centre médiéval. Les fortifications du centre historique et les deux églises en sont les principaux vestiges.

187-Tarquinia-Tombe étrusque

 

 

 

 

 

 

 

Une tombe étrusque à Tarquinia...

 

 

 

 

 

 

 

 

La route devenue étroite et très passante est toujours dans un état lamentable! La mer est à 35 kilomètres. J'y serai pour midi. Je ne croise que très peu de cyclistes aujourd'hui. Malgré un bon vent de face, je dépasse souvent les 30 kilomètres/heure dans la descente qui me mène au pied de Tarquinia. La ville est située sur un éperon rocheux. Connue pour ses sites et sa nécropole étrusques elle a été fondée au 9ème siècle J-C. Des recherches ont pu mettre à jour plus de 6000 tombes dans la nécropole. La Malaria et les diverses invasions obligeront les habitants à venir s'installer à l'emplacement actuel de la ville.

188-Tarquinia

 

 

 

 

 

 

Les champs qui longent la mer, vers Tarquinia...

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Il me reste quelques kilomètres pour rejoindre les parents stationnés à Lido Di Tarquinia, petite cité balnéaire avec ses plages de sable fin qui brûle les pieds! 82 kilomètres aujourd'hui qui me rapprochent du terme de mon périple estival. Rome n'est plus qu'à quelques coups de pédales, 90 kilomètres environ, une rigolade! Séance bronzage sur la plage l'après midi, enfin plutôt un beau coup de soleil dans le dos! J-1 pour la Rome Eternelle...

 

Carte de l'étape :

 

etape 16

 

 

Profil de l'étape :

 

etape 16-1

Lire la suite

Etape15-Sienne(IT)-Bolsena(IT)

21 Juillet 2010 , Rédigé par Xavier Schmitt Publié dans #Paris-Rome-Juillet 2010

Sienne - Bolsena 119kms
Paris - Bolsena 1491kms
C'est le désert ici !
Mercredi 21 Juillet 2010. Beau temps ce matin pour traverser la partie sud de la Toscane. Une seule grosse ascension au programme à plus de 600 mètres aujourd'hui. Je vais emprunter la Via Cassia sur la totalité de l'étape. Cette ancienne voie romaine déjà empruntée hier reliait jadis Rome à Florence. Elle fut construite en 171 avant J-C. Je quitte Sienne par la route de Rome, très passante mais majoritairement en descente. Me voilà dans le Val d'Orciat.

176-Butte de Toscane

 

 

 

 

 

 

 

Paysage de Toscane au sud de Sienne...

 

 

 

 

 

 

 

 

Les panneaux annoncent Rome à 220 kilomètres mais il m'en reste un peu plus car je vais faire une boucle par la mer avant d'arriver dans la capitale italienne. Les champs sont déjà moissonnés sur les collines de Toscane. Les 40 premiers kilomètres se font plutôt rapidement, mais la chaleur commence à arriver. Par endroits des parcelles de vignes jalonnent ma route, cette route qui déroule un bon revêtement sous mes roues.

177-Allée de Cyprès

 

 

 

 

 

 

 

Un chemin entouré de cyprès, menant à une ferme...

 

 

 

 

 

 

 

 

Me voilà déjà à Quirico d'Orcia, une bourgade fortifiée perchée au sommet d'une butte. D'ici il y a une belle vue sur la vallée de l'Orciat, une rivière de Toscane. La grande ascension du jour va bientôt débuter. Mais le paysage change un peu, il ressemble de plus en plus à une steppe. Ce sont des collines désertiques, des torrents asséchés que je vois. Il est à peine midi lorsque j'arrive au premier restaurant.

178-Passage du 43°parallèle

 

 

 

 

 

 

 

Direction plein sud !

 

 

 

 

 

 

 

 

Je crains de ne rien trouver d'autre avant plusieurs dizaines de kilomètres. Il se situe exactement sur le 43ème parallèle. Les lasagnes y sont excellentes ! je repars avec le pleins des 3 bidons d'eau, glaçons en prime! Effectivement après c'est le désert, pas âme qui vive aux alentours. Seuls quelques voitures vont me croiser en ce début d'après-midi caniculaire.

179-Paysage de Toscane

 

 

 

 

 

 

 

C'est très sec ici...

 

 

 

 

 

 

 

 

Une longue ascension de plus de 10 kilomètres sur une très large route me mène au sommet de l'étape du jour ; un vrai no man's land ici ! J'y trouverai un tunnel long de presque un kilomètre où l'air est un peu plus frais. Un vent de face va ralentir ma descente vers l'extrême sud de la Toscane sur plus de 15 kilomètres. L'autre versant de la montagne est tout aussi désertique. 181-Sommet en Toscane

 

 

 

 

 

 

 

Une vraie steppe...

 

 

 

 

 

 

 

Les cours d'eau sont à sec. Peu à peu une végétation verdoyante réapparaît dès l'entrée dans le Lazio, la région de Rome. Fin de la Toscane ici, sur le pont qui enjambe un fleuve presque asséché par un déficit d'eau. Me voilà au pied d'Aquapendente. La route est en mauvais état, j'ai l'impression de rouler sur des pavés depuis la fin de la Toscane.

182-Exit La Toscane, viva le Lazio

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Bye bye la Toscane...

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Une dernière petite ascension pour rentrer dans ce bourg aux nombreuses églises. Un château médiéval vient coiffer la ville. Déjà 100 kilomètres au compteur. Il en reste encore presque 20. Le revêtement de la route est particulièrement  désagréable à l'approche de San Lorenzo.

183-Bolsena

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Le Château de Bolsena...

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

De là, une vue imprenable sur tout le Lac de Bolsena ainsi que tout le paysage environnant, me permet de faire quelques photos. Une descente rendue périlleuse par le revêtement me conduit à Bolsena pour la soirée. Situé sur la Via Cassia, un château (Rocca Monaldeschi della Cervara) fut construit pour protéger le village des invasions barbares. Le lac qui le borde est d'origine volcanique, le plus grand d'Europe avec 42 kilomètres de circonférence. Une baignade dans les vagues du lac en fin de journée me fera du bien après 120 kilomètres de désert.  Je retrouve les parents à l'aire prévue pour camping-cars, au bord de ce lac. On dégustera ici notre première glace italienne en soirée. J-2 pour Rome...

 

Carte de l'étape :

 

etape15

 

Profil de l'étape :

 

etape15-1

 

Ambiance du jour :

 

Les cigales de Toscane...

Lire la suite

Etape14-Montopoli(IT)-Sienne(IT)

20 Juillet 2010 , Rédigé par Xavier Schmitt Publié dans #Paris-Rome-Juillet 2010

Montopoli - Sienne 102kms

Paris - Sienne 1372kms

Que le Spectacle commence !
Une fanfare a accueilli les camping-cars à 22h00. Ils ont joué pendant presque une heure. Après avoir écouté un peu leur aubade, direction un vrai lit, ça fait du bien! Au menu du jour le cœur de la Toscane. La route est dégradée et étroite. Il y a beaucoup de circulation. Ce n'est pas les vacances pour tout le monde! Le ciel est toujours d'un grand bleu.

159-Pont à Florence

 

 

 

 

 

 

 

Le Pont Vecchio sur le Fleuve Arno à Florence...

 

 

 

 

 

 

A quelques kilomètres se trouve Florence, la capitale de la Toscane. La cité a été fondé à l'époque romaine, vers 60 avant J-C. La patrie de la dynastie Médicis est un joyau d'architecture de la renaissance. Avec son Duomo, cette ville baignée par l'Arno a beaucoup de charme. Le Palais Vecchio actuellement hôtel de ville était le siège du gouvernement de Florence. Les façades de marbre blanc rose et vert sont admirables.162-Duomo à Florence

 

 

 

 

 

 

Le Duomo...

 

 

 

 

 

 

 

La ville fut pendant 5 ans la capitale du Royaume d'Italie entre 1865 et 1870. Des boutiques sont construites sur le Pont Vecchio qui enjambe l'Arno. Une particularité, toutes ces boutiques sont des bijouteries, ceci depuis l'époque des Médicis. Au dessus, le Corridor Vazari permettait aux Médicis de passer d'une rive à l'autre du fleuve sans danger entre le Palais Vecchio et le Palais Pitti. Mais l'attraction principale est sans aucun doute la cathédrale: le Duomo.

160-Cadenas enchainés à Florence

 

 

 

 

 

 

 

Sur les quais de l'Arno, les amoureux accrochent un cadenas où leurs prénoms sont inscrits, un beau symbole...

 

 

 

 

 

Sa façade et son campanile sont entièrement recouverts de marbre. La coupole, la plus grande jamais construite offre l'un des plus beaux points de vue sur la ville, avec la Plazza Michelangielo sur la rive gauche. Le David de Michel-Ange est exposé dans la Galerie de l'Académie. Le peintre sculpteur et architecte repose dans la basilique de Santa Croce de Florence.

167-Florence

 

 

 

 

 

 

Une belle vue sur la ville de Florence avec le Duomo au second plan...

 

 

 

 

 

 

Avec ses 375000 habitants, elle est l'une des principales villes du nord du pays. Son centre historique est inscrit au patrimoine Mondial de l'UNESCO, tout comme San Gimignano que je vais rejoindre. La route s'éleve entre les parcelles de vignes. La chaleur commence à arriver en cette fin de matinée. Les cyprès jalonnent les allées menant aux belles demeures entourées de vignes.  168-Vignoble vers San Gimignano

 

 

 

 

 

 

 

 

Le Vignoble vers San Gimignano...

 

 

 

 

 

 

 

Voilà San Gimignano. Construit sur une butte, le village médiéval fortifié par une double enceinte a gardé ses charmes. On y accède uniquement à pied. Son nom vient de celui d'un évêque de Modène qui y a vécu au 4ème siècle.  Il y a eu jusqu'à 75 tours dans ce village médiéval, il n'en reste aujourd’hui plus que 13 intactes. Certaines culminent à plus de 50 mètres de haut et sont visibles de très loin dans la campagne toscane.

169-San Gimignano

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Une des principales rues pour atteindre le centre du village médiéval...

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

L'une des plus belles places est assurément la Piazza della Cisterna, avec son puits en plein milieu. Dans ses petites rues étroites, la chaleur est beaucoup plus supportable. Direction Poggibonsi, dans la vallée. Il est midi mais les restaurants sont très rares. J'en trouve tout de même un à la sortie de la ville. Sous sa treille, l'air est plus respirable car il fait très chaud! Il reste 18 ou 25 kilomètres suivant les panneaux pour rejoindre Sienne.

170-San Gimignano

 

 

 

 

 

 

 

 

La Piazza della Cisterna avec le puits au centre...

 

 

 

 

 

 

 

Les panneaux d'indications donnent des distances pour le moins fantaisistes! Les distances augmentent au fur et à mesure de la progression. C'est à n'y rien comprendre. La Via Cassia sur laquelle je me trouve est une ancienne voie romaine, tout comme la Via Aurelia que j'ai emprunté il y a quelques jours. Mais ces voies ne sont pas droites, loin de là! Elles épousent toutes les formes du paysage très vallonné de la Toscane.

172-Siena

 

 

 

 

 

 

Une partie de la Piazza del Campo de Sienne où se déroule le Palio deux fois par an...

 

 

 

 

 

 

Les cigales chantent à tue-tête. Les oliviers entourent la route. Les abords ne sont pas du tout entretenus. Les camions, avec leur gabarits coupent les branches des arbres en passant! J'approche de Sienne. La ville est construite aussi sur un sommet et les dernières côtes à gravir sont terribles sous cette chaleur. Il est 15 heures lorsque j'arrive au camping, après 102 kilomètres. Tout proche de là, au Nord-est se trouve le vignoble du Chianti, célèbre vin rouge italien. S'en suit une balade dans le centre historique de cette ville entièrement pavé.

173-Sienne

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Le Palazzo Publico de Sienne sur la Piazza del Campo...

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Le bus nous déposent à quelques centaines de mètres de la Piazza del Campo. Ici se déroule deux fois par an une célèbre course de chevaux qui attirent beaucoup de monde. Chaque équipage arrive d'un quartier différent de la ville. La course est très spectaculaire! Elle trouve ses origines suite à l'interdiction de chasses aux taureaux. La commune instaura une couse de chevaux qui fut ensuite déplacée au centre de la ville. La place forme comme une arène avec le Palazzo Publico d'un côté et des restaurants de l'autre côté.

174-Siena

 

 

 

 

 

 

La Cathédrale de Sienne...

 

 

 

 

 

 

 

Une petite rue nous mène à la cathédrale de Sienne, construite au 13ème siècle. Sa façade est entièrement en marbre blanc, noir et rouge. A l'origine elle devait être beaucoup plus grande, mais le projet n'a pu aboutir du fait de sa taille démesurée. Sur la droite, on trouve des traces de sa taille prévue avec de murs laissées tel quel après l'abandon du projet. Dans les petites rues on trouve des glaciers qui proposent des parfums donnant vraiment envie. Ah, les glaces italiennes !!! De retour sur la Piazza del Campo. Les terrasses des restaurants sont bondées de touristes. On réussira tout de même à manger mais il ne faut pas être pressé! Retour au camping après avoir fait de multiples photos de cette balade... Demain les terres arides de la Toscane, plus au sud...

 

Carte de Parcours :

 

etape 14

 

Profil de l'étape :

 

etape 14-1

Lire la suite

Etape13-Carrare(IT)-Montopoli(IT)

19 Juillet 2010 , Rédigé par Xavier Schmitt Publié dans #Paris-Rome-Juillet 2010

Carrare - Montopoli 102kms
Paris - Montopoli 1270kms
Un penchant pour la tour!
Réveillé à 6h du mat' par les cigales. Je décide de me préparer pour partir de bonne heure. Au programme du jour plus de 100 kilomètres avec les longues plages de sable fin, le marbre de Carrare, Pise et sa tour penchée... A Carrare, je quitte la région de la Ligure pour celle de la Toscane. Il fait déjà très beau et plutôt chaud, comme d'habitude! Les Apenins sont déjà inondées d'une brume de chaleur. Pas évident de faire des photos.

149-Plage de Carrara

 

 

 

 

 

 

 

La côte méditérannéenne vers Carrare...

 

 

 

 

 

 

 

 

Mais on aperçoit tout de même les carrières d'où est extrait le célèbre marbre. Un port permet l'envoi par cargo de ce marbre à travers le monde. Entre les montagnes et le port se trouve Luni, un site archéologique étrusque. Un amphithéâtre elliptique ainsi qu'un temple sont les principaux monuments mis à jour dans ce site romain occupé depuis le paléolithique.

148-Port de Carrara

 

 

 

 

 

 

 

Le port de Carrare, point de départ du marbre vers le monde entier...

 

 

 

 

 

 

 

Pendant que je fais quelques photos, des passagers clandestins tentent de passer à travers les clôtures du port. La route est une succession de plages privées, de restaurants, de campings à perte de vue, du moins jusque Viareggio. Cette station balnéaire a de beaux immeubles typés Art-Déco ainsi qu'une belle promenade sur le front de mer. Pise n'est plus qu'à 20 kilomètres. La route s'éloigne du bord de mer. Les longues lignes droites à travers les bois et les champs me rapprochent de Pise. La circulation est intense sur cette Via Aurelia.

150-Carrara

 

 

 

 

 

 

 

 

Dernier regard sur les carrières de marbre...

 

 

 

 

 

 

 

La "Torre Pendente" est indiquée, mais les pins maritimes la cachent. Pise attire beaucoup de monde et ça bouchonne à l'entrée de la ville. Voilà cette ville et sa Piazza dei Miracoli avec sa cathédrale et sa tour penchée, le tout sous un beau soleil radieux. Le centre historique de la ville est entouré par des fortifications construites en 1155.

151-Viareggio

 

 

 

 

 

 

 

 

Le port de Viareggio, avec la mer au fond...

 

 

 

 

 

 

 

Plusieurs hypothèses concernant l'origine de cette ville baignée par le fleuve Arno existent. Pour certains, elle serait fondée par des étrusques, des grecs et pour d'autres, ça serait par diverses rois du 13e siècle avant JC. En cette fin de matinée, il y a déjà énormément de monde. Toutes les nationalités semblent représentées ici devant cette belle pelouse qui entoure ces majestueux monuments.

153-Pise

 

 

 

 

 

 

 

La cathédrale et la tour penchée à Pise...

 

 

 

 

 

 

 

 

Mais l'attraction principale est évidemment la Tour penchée. Sa construction a débuté au 12e siècle. La Tour commença à pencher dès la construction du 3ème étage. La construction fut suspendue 90 ans avant de reprendre avec un décalage dans la symétrie pour compenser l'inclinaison. Le sol semble s'être dérobé sous ses pieds, mais la Tour tient bon. Impressionnant à voir.

156-Pise

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Le Baptistère, à coté de la Tour...

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Les touristes s'amusent à se faire photographier devant le monument. Une légende dit que du haut de cette tour, Galilée mesura vers la fin du 16e siècle le temps de chute de divers corps. Il put ainsi établir que la vitesse de leur chute était la même pour tous, et non pas proportionnelle à leur poids comme le supposait Aristote.

155-Pise

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

A mon tour de soutenir la Tour !

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Je retrouve les parents à midi au pied de la Tour. Ils vont dès maintenant prendre mon paquetage jusque Rome. Après un bon plat de pâtes direction Montopoli dans la vallée de l'Arno. La route n'est qu'une longue agglomération avec une succession de magasins, d'habitations sur presque 30 kilomètres. L'industrie est aussi bien présente. La végétation du bord des routes est laissée à l'abandon.

157-Rue vide à Cascina

 

 

 

 

 

 

 

En milieu d'après-midi les rues sont désertes...

 

 

 

 

 

 

 

 

Fini les lauriers fleuris! Les cyprès qui entourent les maisons aux sommets des montagnes commencent à apparaître. Me voilà à Montopoli pour la nuit, après 102 kilomètres entre Apenins, bord de mer et Toscane. Une bonne nuit dans un vrai lit, celui du camping-car va me faire du bien. La Toscane, c'est pour demain...

 

Carte de l'étape :

 

etape13

 

Profil de l'étape :

 

etape13-1

Lire la suite

Etape12-Sestri-Levante(IT)-Carrare(IT)

18 Juillet 2010 , Rédigé par Xavier Schmitt Publié dans #Paris-Rome-Juillet 2010

Sestri Levante - carrara 92kms
Paris - Carrara 1168 kms
Du relief !
Il est 7 heures, Sestri s'éveille ! Le marché s'installe lorsque je prends le petit déjeuner à la terrasse d'un café de Sestri-Levante. L'enseigne d'un pharmacie annonce la date ainsi que l'heure et la température. Il n'est pas encore 7h30 qu'il fait déjà 25°. Je pars résolument de bonne heure car je ne veux pas souffrir de la chaleur. Les premiers kilomètres vont être très délicats avec l'ascension d'un col à plus de 600 mètres, en partant du niveau de la mer et sans être échauffé.

142-Cinque terre

 

 

 

 

 

 

L'un des 5 villages du Parc National de Cinque Terre...

 

 

 

 

 

 

 

L'ascension de presque 17 kilomètres est difficile, elle démarre à la sortie de la ville. Les cigales m'accompagnent dès le départ. Il va me falloir presque 2 heures pour gravir ce col "Passo di Brasco", en comptant les pauses. Par endroits, l'ascension fait une pause, ce qui me permet de souffler un peu. Mais il reste encore quelques kilomètres à monter, les plus durs. Voilà le Passo, enfin en haut ! Quel point de vue et un grand "ouf" de soulagement! Deiva-Marina, la cité balnéaire prévue initialement comme étape pour la nuit, est en contre-bas. La montée aurait été bien plus raide avec une distance moindre. A part une petite montée, la route redescend vers La Spezia. Les petits hameaux sont accrochés à la montagne.

144-La Spezia

 

 

 

 

 

 

 

Le port de plaisance de La Spézia...

 

 

 

 

 

 

 

 

Non loin de là, sur la côte se trouve le territoire de Cinque Terre. Ce Parc National et Zone Marine Protégée sont classés au patrimoine Mondial de l'UNESCO. Au moyen-âge, le terme Terre désignait un village. Dans ce site se trouvent 5 villages accrochés à la montagne sur des promontoires rocheux. Il sont construits tout en étages, tout comme les quelques vignes plantées là. L'homme a su dompter ce paysage mais aussi le protéger... Étant isolés du fait de la topographie, les villages ont gardé tout leur charme. Dans la descente, je croise un cycliste qui s'arrête à coté d'un tuyau où coule de l'eau. C'est une fontaine d'eau fraîche potable pour les cyclistes et les promeneurs m'expliquera cet italien. J'en profite pour faire le plein de mes bidons.

145-Portovenere

 

 

 

 

 

 

 

Le Village de Portovenere, entre mer et montagne...

 

 

 

 

 

 

Par endroits la végétation a brûlé, vu l'état, ca doit dater de l'année dernière. Que de cyclistes sur cette portion! La route ne longe plus la mer depuis Sestri-Levante. Voilà Ricco di Golfo où une fontaine me tend les bras. Ce coup-ci, j'y passe la tête ! La descente finale vers La Spezia est là devant moi. Un long tunnel fini de me rafraîchir pour arriver dans la ville, le long de l'arsenal militaire. Cette ville est résolument tournée vers le sud avec ses plages et son important port marchand. Un grand port de plaisance côtoie le port de pêche, le long de la promenade du front de mer. Mais l'expansion de la ville est due en grande partie à la construction de l'arsenal militaire au cours du 19e siècle. L'intérieur de la ville semble mort, insipide à mon goût. Je parcours beaucoup de rues à la recherche d'un restaurant ouvert.

146-Carrara

 

 

 

 

 

 

Les montagnes au dessus de Carrare, d'où le célèbre marbre est extrait...

 

 

 

 

 

 

 

 

A quelques kilomètres sur ma droite se trouve Portovenere. Situé à l'extrême sud du site de Cinque Terre, il ouvre le golfe de La Spezia. Un château surplombe les maisons aux couleurs chaudes, blotties les unes contre les autres sur le port. C'est un haut lieu du tourisme sur la côte. Il reste encore 20 kilomètres pour Améglia, terme de l'étape du jour. Je quitte le golfe de La Spezia pour rejoindre les rives de la Magra, un fleuve côtier qui se jette dans la mer à Carrara. Mais arrivé au camping, je découvre des prix astronomiques ! Je passe mon chemin, en quête de tarifs plus raisonnables. Après plusieurs campings, je me trouve à Carrara (Carrare en français), sur le front de mer. Cette ville est célèbre pour son marbre exporté vers le monde entier. Arrivé au camping après 92 kilomètres, je perds mes lunettes de vue pendant la baignade...arrrhhh!!! Demain, je verrai la tour de Pise, penchée ou pas?...

 

Carte de l'étape :

 

etape 12

 

Profil de l'étape :

 

etape 12-1

 

Ambiance du jour: 

Sur la plage de Carrare...

 

Lire la suite

Etape11-Gênes(IT)-Sestri-Levante(IT)

17 Juillet 2010 , Rédigé par Xavier Schmitt Publié dans #Paris-Rome-Juillet 2010

Arenzano - Sestri-Levante 91kms
Paris - Sestri-Levante 1076kms
La mer qu'on voit danser le long des golfes clairs...

Samedi 17 Juillet 2010. Après une bonne nuit, le coup de chaleur est passé, je quitte Arenzano. Le paysage ressemble à s'y méprendre à la Côte d'Azur. La route serpente le long de le mer. Au loin le port de Gênes est à peine visible avec la brume de chaleur déjà présente. Et pour cause, les thermomètres indiquent déjà 28° dès 9h00. 

136-Cogoletto

 

 

 

 

 

 

 

 

Les belles couleurs de la méditerranée dans le golfe de Gênes...

 

 

 

 

 

 

Il ne reste guère d'emplacement que l'immobilier n'a pas encore grignoté. Voilà Voltri, le point le plus au nord de la Méditerranée dans le Golfe de Gênes. Mais le port de commerce a retiré tout le charme de cet endroit...Passons notre chemin! Je continue plus à l'ouest, déjà les faubourgs de Gênes, alors que les panneaux indiquent le centre à plus de 15 kilomètres. C'est une ville toute étirée sur le front de mer. La partie Ouest de la ville est particulièrement moche et insipide! Les rares immeubles entretenus sont entourés d'autres à la limite de la salubrité voire pire, et cela pendant des kilomètres. Pour accentuer cette impression de saleté, les grosses poubelles distillent des odeurs pestilentielles aux alentours. Soudain, alors que je roulais doucement, un grand bruit survient sur le vélo. Un rayon vient de casser sur la roue arrière. Je me mets en quête d'un marchand de vélo pour la réparation. Ça ne doit pas être difficile à trouver dans ce pays de vélos.

137-Gênes

 

 

 

 

 

 

 

Une belle villa dans le quartier Est de Gênes...

 

 

 

 

 

 

 

 

Un cyclo me guidera vers un fabricant qui me le changera. Je perds tout de même plus d'une demie-heure avec ce rayon! Du coup je repars sans avoir visiter la ville, mais avec ce que j'ai vu, je ne suis pas très attiré. Les quartiers Est sont nettement plus jolis, avec de très belles demeures. Un bateau de croisière géant est amarré dans le port historique de la ville. Il a un pont de 10 étages, impressionnant. Les belles demeures sont peintes souvent en jaune, orange, rouge pale mais avec des effets en trompe-l'oeil sur les entourages de fenêtres et de portes. Comme à l'Ouest de la ville, la route serpente sur la corniche offrant de beaux points de vue. Par moment un petit vent vient modérer la chaleur.

138-Gênes

 

 

 

 

 

 

 

Un immeuble cossu sur la promenade du front de mer à Gênes...

 

 

 

 

 

 

 

La ville est à flanc de montagne. Ici commence le massif des Apenins. Ce massif montagneux traverse toute l'Italie du Nord au Sud en dépassant régulièrement les 1000 mètres d'altitude. Cette ville parait interminable, presque 50 kilomètres au compteur lorsque je vois enfin le panneau de sortie. Mais les habitations ne finissent pas pour autant. La côte est presque entièrement urbanisée. Par endroits des lauriers et des pins longent la route. Cette route c'est la Voie Aurélia, une ancienne voie romaine qui reliait Romeà Arles en suivant la Méditerranée. Par moment au niveau de la Mer, par moment à plusieurs centaines de mètres au dessus, elle ne me laisse aucun répit.

139-Gênes

 

 

 

 

 

 

 

Les collines sur la côté ligérienne...

 

 

 

 

 

 

 

 

Voilà Recco, il est temps de manger, il reste encore environ 40 kilomètres à parcourir. J'échange quelques mots avec les patrons du restaurant, intrigués de voir cette ensemble vélo-remorque. Je repars avec eau fraîche et glaçons en prime pour aborder la difficulté du jour. Une longue côte de plus de 6 kilomètres pour basculer vers Rapallo.

140-portofino

 

 

 

 

 

 

Le petit village de Portofino avec ses belles couleurs...

 

 

 

 

 

 

 

Non loin de là se trouve Portofino. Ce petit village de pêcheurs au fond du golfe attire toute la jet-set italienne. Situé au fond d'une anse bordée de pinède, ces maisons sur le port ont de très belles couleurs, un charme fou! Un beau bateau de croisière est amarré dans la baie. Les quelques tunnels rencontrés sur la route offrent un peu de fraîcheur bien appréciée. Voilà Chiavari, et une plage de presque 10 kilomètres de long.

140-Sestri Levante

 

 

 

 

 

 

 

 

Au premier plan: Chiavari et Sestri-Levante au fond...

 

 

 

 

 

 

 

Une ville bâtie au carré, bien visible depuis les hauteurs. Seule la voie de chemin de fer sépare la ville de sa plage. Ne reste que quelques kilomètres pour Sestri-Levante, terme de l'étape du jour, mais une menthe à l'eau me fait du bien à la terrasse d'un café. Le ciel est un peu voilé maintenant, le temps est moins lourd en fin de parcours. Me voilà au camping après quelques recherches infructueuses et 91 kilomètres de riviera à l'italienne...

 

Carte de l'étape :

 

étape 11

 

Profil de l'étape :


étape 11-1


Lire la suite

Etape10-Asti(IT)-Gênes(IT)

16 Juillet 2010 , Rédigé par Xavier Schmitt Publié dans #Paris-Rome-Juillet 2010

Asti - Genova 0 kms
Paris Genova 985 kms
Aujourd'hui...RIEN !

Une nuit sans sommeil....Quelques vomissements au matin...Voilà donc une bonne insolation qui, dû à la chaleur de la veille, me conduit à annuler l'étape du jour. Elle devait me mener au bord de la grande bleue par les montagnes qui surplombent Gênes. Pour ne pas prendre de retard dans ma progression, je prend la direction de la gare pour un transfert en train vers Arenzano, où se trouve le camping reperé sur internet.

135-Cogoletto

 

 

 

 

 

 

Le front de mer, vers Cogoleto...

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Juste à côté de cette ville de la côte se trouve Cogoleto. Certains historiens affirment que Christophe Colomb serait né ici. Mais il est plus communément établi que Gênes soit sa ville de naissance. Le camping se trouve en bord de mer, dans une petite anse à 20 kilomètres environ à l'ouest de Gênes. J'arrivé en début d'après-midi au camping pour repos total. J'espère que ça ira mieux demain...

Lire la suite

Etape09-Chianocco(IT)-Asti(IT)

15 Juillet 2010 , Rédigé par Xavier Schmitt Publié dans #Paris-Rome-Juillet 2010

Chianocco - Asti 106kms
Paris - Asti 985kms
Chaud dans la Plaine du Po !
Jeudi 15 Juillet 2010, il fait déjà chaud que je quitte le camping. Direction Avigliana. Les longues lignes droites s'enchaînent dans la vallée de Suse. Sur ma droite, visible de très loin se trouve la Sacra Di S. Michelle, une abbaye perchée sur un piton rocheux à 960 mètres de haut. Elle domine toute la vallée comme pour la veiller.

130-Vallée de Susa

 

 

 

 

 

 

 

 

La vallée de Susa, au fond les Alpes...

 

 

 

 

 

 

 

Voilà Avigliana, cette ville a abrité la fabrique de dynamite d'Alfred Nobel. Ayant décidé d'éviter Turin, cette grande ville me fait un peu peur avec la circulation. Je préfère contourner la capitale du Piemont par le sud, donc direction Orbassano. Il y a deux lacs à la sortie d'Avigliana, le Lac Grande et Lac Picollo, plutôt bien aménagés pour y faire une halte. Turin n'est qu'à quelques kilomètres. On distingue au loin une atmosphère grisâtre dûe à la chaleur et surtout la pollution. Peu à peu le massif alpin disparaît dans cette brume.

131-Sacra di San Michelle

 

 

 

 

 

 

 

L'abbaye de S.Michele, perchée à plus de 960 mètres...

 

 

 

 

 

 

 

Devant moi la plaine du Pô. Avec ses 650 kilomètres, le Pô est le plus grand fleuve italien. II était autrefois la principale voie de communication entre l'Adriatique et le Nord de l'Italie. Peu après Orbassano, voilà Stupinigi et son pavillon de chasse inscrit au patrimoine Mondial de l'UNESCO, dont la construction fut décidé par Victor Amédée II de Savoie. La route décrit un grand cercle autour de ce château. Voilà les faubourgs de Turin siège de la production automobiles FIAT.

132-Chateau de Stupigini

 

 

 

 

 

 

 

 

Le Château de Stupinigi, classé par l'UNESCO...

 

 

 

 

 

 

 

L'ancienne Capitale des Etats de Savoie a accueilli les Jeux Olympiques d'Hiver 2006. Au loin, le col de la Magdalena domine Turin. Je passe le Pô à Moncalieri. Cette ville de la banlieue Sud-Est a aussi un beau château inscrit lui aussi au patrimoine de l'Unesco. Il est midi et un bon plat de pâtes va m'aider à recharger mes batteries. A ce propos, les restaurants italiens n'ont pas de carafe d'eau, que de l'eau en bouteille. Sur l'addition, ils facturent aussi les couverts! 

 

133-Le Po à Montcalieri

 

 

 

 

 

 

 

Le Fleuve Pô à l'entrée de Turin...

 

 

 

 

 

 

 

 

Je repars ensuite sous un soleil de plomb en direction d'Asti. Il reste encore 50 kilomètres. Il faut faire au moins 15 kilomètres pour apercevoir le premier champ. La route n'est qu'un long faubourg en ligne droite. Les panneaux publicitaires ont envahi le champ de vision, triste ! Dans les champs, c'est principalement la culture du maïs qui prédomine dans une plaine désespérément plate, aucun relief en vue. Je quitte la province de Turin pour celle d'Asti. Il fait de plus en plus chaud. Les 40° sont dépassés...

134-45° parallèle à Montcalieri

 

 

 

 

 

 

 

Cette petite pub me rappelle que je passe le 45ème parallèle...

 

 

 

 

 

 

 

Me voilà à Villanova d'Asti. Il reste 25 kilomètres lorsque je fais une pause dans un bar pour prendre une aqua-menta (une menthe à l'eau). Courage, il faut bien repartir! Le vent m'aide dans ma progression, mais avec cette chaleur les forces s'amenuisent. Les moindres petites côtes sont interminables. D'autant que le paysage, complètement plat jusque là change, c'est très vallonné maintenant. Les kilomètres ne défilent pas assez vite à mon goût. Voilà enfin Asti, ville connue mondialement pour son vin blanc effervessant. J'arrive au camping après 106 kilomètres sous une chaleur éprouvante. Une place à l'ombre pour la tente et direction la douche pour se rafraîchir un peu. Demain direction la mer...

 

Carte du Parcours :

 

etape09

 

Profil de l'étape :

 

etape09-1

Lire la suite
1 2 > >>