Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
La France à vélo

Etape11-Séverac le Chateau(12)-St Affrique(12)

22 Juillet 2009 , Rédigé par Xavier Schmitt Publié dans #Paris-Cadaqués Juillet 2009

Il me Tarn d'arriver au pont de Millau...

Le vent à bien soufflé toute la nuit. Il sera favorable jusqu'au gorges du Tarn. Ce 22 juillet, il faut que je répare le pneu avant, il est à plat, première crevaison depuis Paris. Ensuite, direction donc les Gorges du Tarn par Massegros, mais en passant à la source (ou plutôt les 3 sources) de l'Aveyron, à quelques kilomètres à l'est de Séverac.





La principale source de l'Aveyron, une résurgence issue du causse de Sauveterre, ayant un débit de 2 litres par seconde...







Je rencontre plus de cyclos que la veille sur la route de Massegros, venant sûrement de monter les gorges du Tarn toutes proches. En arrivant à Massegros, un passage en Lozère, ce qui me frappe, c'est le nom des rues qui sont indiquées sur des bornes, comme celles que l'on trouve aux bords de routes, plutôt original...









Une des bornes dans le village de Massegros...









A la sortie du village, la route est plus sinueuse et étroite, l'odeur des pins est plus présente et les cigales commencent leur concert. J'arrive rapidement à St-Rome-de-Dolan, aux bords des gorges du Tarn. Le village est accroché à la falaise. La descente vers Les Vignes commencent même avant le village, il y a un beau dénivelé, presque 600 mètres. La route en lacets à la sortie du village a un très mauvais revêtement, de plus marquée par des chutes de pierres ayant martelé la chaussée.







Le Village de St-Rome-de-Dolan, aux bords des gorges du Tarn...







La pente oscille entre 7 et 12%, on ne peut pas l'oublier, des panneaux le répètent très régulièrement. Un impressionnant point de vue! J'ai les mains sur les deux poignées de freins sur les 6 kilomètres de la descente. Des douleurs apparaissent dans les mains m'obligent à faire des pauses. Je croise plusieurs cyclistes bien chargés avec sacoches et sac-à-dos montant la pente, dur-dur pour eux avec le soleil qui chauffe bien ce matin!








Les gorges, vues d'en haut...







Pause casse-croûte dans le village des Vignes, au bords de l'eau, où des cours de canoë sont données en amont. Comme les deux derniers jours, la route dans les gorges est agréable en direction de Le Rozier. J'aperçois même dans le ciel des vautours. Le restaurateur m'expliquera qu'il y a un Belvédère des vautours au dessus des gorges, sur le causse Méjean. Le Tarn donne envie d'y tremper les pieds, des petites plages attirent des touristes, mais l'eau doit être fraîche!






Le belvédère des vautours.








Les gorges s'élargissent un peu après le confluent du Tarn et de la Jonte, en direction de Millau, dès lors, la rivière sera bordée de façon ininterrompue par des campings, pratiquement juste Aguessac. En arriavnt à Rivière sur Tarn, les panneaux font la promotion du Bleu des Causses, il y a en effet des caves dédiées à son affinage dans le village. La route me mène enfin à Aguessac. Cette cité est connue pour avoir été, avant la mise en service du viaduc de Millau, le pont noir des vacanciers lors des transumances estivalles, c'etait un vrai goulot d'étranglement.







Le Viaduc, vue de Millau.








Maintenant, seuls ne passent que les véhicules en desserte pour Millau. Je décide quand même jouer la carte de la tranquilité en passant sur l'autre rive du Tarn, une petite route traversant des sous-bois, coupant le bruit de la circulation sur l'autre rive. En arrivant à Millau, le vent redouble. J'en profite pour passer chez un vendeur de vélo pour examiner mes pneus et retirer toutes les morceaux qui pourraient les faire crever.






Le Causse noir qui surmplombe Millau, à l'est...









Après un tour de la ville, direction de St-Affrique, à 30 kilomètres de là, le vent violent met à terre des branches de platanes. La route monte bien à la sortie de la ville, en arrivant sous le viaduc. Après quelques photos, une belle descente rendue périlleuse avec le vent me mène dans la Vallée du Cernon, Affluent du Tarn. Je me trouve sur les terres du Roquefort, le village d'origine de ce formage de brebis se trouve à quelques kilomètres.







Le Rocher du Combalou, site d'affinage du Roquefort.








Autant le lait vient de toute la région, autant son affinage est cantonné aux caves de ce village. Elles sont apparues suite à un éboulement d'une falaise du Rocher du Combalou, permettant une hygrométrie et température bien régulée. La route est très bien entretenue et large, et il vaut mieux, vu le trafic en cet fin d'après-midi. Un long faux plat jusque Lauras et suit une belle et longue descente dans la vallée de la Sorgues pour rejoindre sur St Affrique.






Le vieux pont, sur la Sorgues, à St Affrique.









Environ 95 kilomètres aujourd'hui, avec un partenaire dont je me serai bien passé : le vent!

Carte du parcours:



Profil de l'étape:

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article