Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
La France à vélo

Etape01-Paris(75)-Saint-Quentin(02)

23 Avril 2011 , Rédigé par Xavier Schmitt Publié dans #Paris-Roubaix Avril 2011

Paris - Saint-Quentin 153 kms

Cap au Nord !

Samedi 23 Avril 2011, 7h45, il fait beau et déjà chaud au moment d'enfourcher mon fidèle destrier. Le kilomètre zéro, je le fixe à la Porte de la Chapelle, au nord de Paris. Ici les travaux vont bon train pour l'arrivée prochaine du tramway, au nouveau à la mode après sa disparition totale au milieu du siècle dernier. Le périh', cet anneau parisien de bitume et de béton royaume du tout auto est là, juste devant moi.

001-Stade de France

 

 

 

 

 

 

 

Le Stade de France à Saint-Denis...

 

 

 

 

 

 

 

 

Il ne donne qu'une envie, s'en éloigner au maximum! Voilà Saint Denis, et son quartier en pleine réhabilitation de La Plaine qui abrite la majorité des plateaux d'émissions télévisées depuis plusieurs années. C'est maintenant le Stade de France que je longe. La plus grande enceinte sportive du pays a été le théâtre de grands moments avec la victoire de la Coupe du Monde en 1988. Malgré sa taille, son toit semble planer au dessus des tribunes. J'arrive maintenant dans le Saint-Denis historique.002-Basilique Saint Denis  

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

La Basilique de Saint-Denis, nécropole royale depuis Dagobert...

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Les rues piétonnes me mènent à la Basilique. De Dagobert à Louis XVIII, les rois des différentes dynasties reposent ici dans cette nécropole royale. Ils souhaitaient être proche des reliques de saint Denis, premier éveque de paris qui fut martyrisé. Mais les cercueils furent malmenés pendant la révolution, les ossements furent versés dans la fosse commune. La basilique échappa de peu à la destruction totale. C'est Napoléon qui commandita Viollet Le Duc pour la restauration de l'édifice.

003-Chateau d'Ecouen

 

 

 

 

 

 

 

 

Le Chateau d'Ecouen, devenu Musée de la Renaissance...

 

 

 

 

 

 

Je continue  direction plein nord, à travers cette banlieue populaire, ici aussi les travaux d'une nouvelle ligne de tram perturbe la circulation. Au loin, la butte d'Ecouen est à peine visible. C'est ici un chateau qui domine les alentours. Datant du XVIème siècle c'est un chef d'oeuvre de la renaissance, tout comme Chambord ou Chenonceaux. Il fut utilisé comme prison et aussi hopital. André Malraux, en fit le musée national de la renaissance durant son mandat de Ministre de la Culture.

005-Basilique Royale de Senlis

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

La Facade de la Basilique Royale où Hugues Capet fut déclaré premier Roi des Francs en 987...

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Le paysage change rdicalement.. Plus valloné, il devient voué à la culture céréalière, du moins jusqu'au abord de la foret de Senlis. Voilà l'Oise, je rentre en région Picarde.La route est une ancienne voie royale reliant Paris à Compiègne par Senlis. Senlis dont je traverse en ligne droite la forêt. Voilà Senlis, ville royale, les ruines gallo-romaines de ces arènes témoingnent d'une longue histoire de la ville.

007-balance-de-Roberval

 

 

 

 

 

 

 

La Balance de Roberval qui trône à l'entrée du village...

 

 

 

 

 

 

 

Ici Hugues Capet fut déclaré premier Roi des Francs en 987. Soucieuse de son histroie la ville a déclaré son centre comme secteur sauvegardé, avec ses rues pavées et ses maisons à colombages. A la sortie nord, la statue d'un grand cerf regarde vers le nord l'arrivant. Direction Compiègne maintenant à travers les champs à perte de vue, seuls quelques bois souligne la cime des collines. Le colza règne en maitre ici.

008-Pierrefonds

 

 

 

 

 

 

 

Le Chateau de PIerrefonds...

 

 

 

 

 

 

 

 

Le vent emporte ses éfluves désagréables jusque mes narines....ca pue !!! Avant d'arriver dans la vallée de l'Oise, voilà le village de Roberval. C'est ici que naquit Gilles Personne (dit de Roberval). Ce mathématicien français qui cotoyait Pascal et Descartes a inventé la célèbre Balande de Roberval. Une réplique géante trône fièrement à l'entrée du village.

011-Wagon de déportation de Compiègne

 

 

 

 

 

 

 

 

Les wagons de la Déportation à la gare de Compiègne...

 

 

 

 

 

 

Un autre village à voir non-loin de là, il s'agit de PIerrefonds, et surtout son chateau. Il fut entièrement restauré par un certain Viollet le Duc, tiens encore lui! Ca vaut le détour, à ne pas manquer! Mais voilà Compiègne qui apparait, entourée de sa forêt. Voilà la ville départ du Paris-Roubaix cyclistedepuis 1968. Un passage beaucoup plus noire de l'histoire cette fois-ci, pour en savoir plus, il suffit de se rendre à la Gare où deux wagons ayant servit dans les années 1940 rappellent la déportation.

015-clairière de l'armistice Rethondes

 

 

 

 

 

 

 

La Clairière de l'Armistice...

 

 

 

 

 

 

 

 

Compiègne était aussi connue comme la gare de départ de plus de 48000 personnes déportées vers les camps d'exterminations tels que Mauthausen et Auschwitz. Mais Compiègne c'est aussi les bords de l'Oise, l'un des principaux affluents de la Seine. C'est aussi une forêt où il fait bon flaner. Sa forêt justement, je la traverse pour remonter le temps jusque 1918. Je me trouve maintenant à la Clairière de l'Armistice, un arret obligatoire. Ici furent signés les armistices de la première guerre mondiale le 11 novembre 1918, mais aussi celui de 1940.

014-Facade Wagon clairière de l'armistice Rethondes

 

 

 

 

 

 

 

Le musée de l'armistice où se trouve une copie du wagon...

 

 

 

 

 

 

 

La voiture ayant servi en 1918 sera emmenée et brulée par Hitler quelques jours avant sa capitulation. Une autre voiture du même modèle à pris place. les rails de la voie ferrée menant à cette clairière sont encore présents. La statue du Maréchal Foch trône aux abords de la Clairière. Direction plein nord maintenant la traversée de la foret est très agréable, mais la chaleur est de plus en plus présente. Quelques kilomètres plus loin, voilà Noyon. Charlemagne y fut couronné dans l'ancienne cathédrale détruite puis reconstruite ensuite. La ville a été durement touchée par la guerre de 1940. Son centre-ville fut détruit à 80%.

017-Bords de l'Aisne

 

 

 

 

 

 

 

 

Les rives de l'Aisne, peu avant son confluent avec l'Oise...

 

 

 

 

 

 

Mais l'hotel de ville fut préservé, il est de style gothique flamboyant et propose beaucoup de décors scupltés. Il reste encore 40 kilomètres à faire cet après-midi. Le vent ayant tourné, il est complètement défavorable. De plus le relief s'accentue à la sortie de la ville. Ca devient dur avec le bon rhume que j'ai attrappé il y a quelques jours... Les grandes lignes droites s'enchainement maintenant à travers un paysage valloné. Peu avant Ham, je quitte l'Oise pour faire un court passage dans la Somme. Ici c'est Louis Napoléon Bonaparte qui fut emprisonné pendant presque 6 ans dans le fort de la ville pour avoir été accusé de complot contre l'état. Non loin de là, dans le marais d'Eppeville, une tradition prétend qu'une énorme pierre fait tous les ans un tour sur elle-même pendant la nuit de Noël ; ce qui lui a valu aussi le nom de pierre tournante.

019-Hotel de Ville Noyon

 

 

 

 

 

 

 

 

L'hotel de ville de Noyon et sa facade sculptée...

 

 

 

 

 

 

 

A la nuit, on y entend, dit-on, des voix confuses et l'on y a vu parfois des formes incertaines dans les vapeurs du crépuscule. Le vent ne faiblit pas et la circulation est plus importante en cet fin d'après-midi. Je scrute les panneaux qui indiquent la distance pour Saint-Quentin, les kilomètres ne s'égrennent pas assez vite à mon goût. les lignes droites sont interminables. J'arrive enfin dans cette ville la plus peuplée du département. L'hotel n'est qu'à quelques encablures... pas de visite de la ville ce soir, mais plutôt demain matin en partant encore plus au nord... Mais quand même plus de 150 kilomètres au compteur aujourd'hui !

 

Carte de l'étape :

  01

 

 

Profil de l'étape :

 

01-profil

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article