Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
La France à vélo

Articles avec #paris-toulouse juillet 2008 tag

Etape 15-Garganvilar(82)-Toulouse(31)

20 Juillet 2008 , Rédigé par Xavier Schmitt Publié dans #Paris-Toulouse Juillet 2008

Dimanche 20  juillet, Cette journée a une saveur un peu particulière, ce soir je serais arrivé au terme de mon périple démarré deux semaines plus tôt. Etape la plus plate du parcours, et pour cause, je vais suivre presque tout le long le canal de l'entre-deux-mers. Mais étape la plus longue aussi... Les jambes commencent à fatiguer, avec l'accumulation des kilomètres effectués depuis le début du périple.
Donc direction St Porquier, pour rattraper le Canal. Il fait toujours aussi beau en ce matin. j'arrive au bord du canal, le chemin de halage est toujours aussi bien aménagé, en bitume, presque personne devant moi, je roule bien, souvent à plus de 30km/h. le peu de vent étant favorable.
Peu avant Montech, le canal se dédouble...et pour cause, une pente d'eau a été aménagée pour eviter le passage successif de 5 écluses.







La pente d'eau de Montech.




 

 

 


Après avoir passé cet ouvrage d'art, je repars en direction de Montech à quelques kilomètres de là. Au niveau de Montech, l'aménagement s'arrête. Je suis obligé de reprendre la route en passant par le centre ville, direction Montbartier.






Le pont typique de la région toulousaine, en brique de terre cuite...










La route est n'est pas vallonnée, le vent de dos, je roule souvent au dessus de 35kms/h. Quelques cyclistes en ce dimanche matin. Dans montbartier, je ne retrouve pas la route me menant à grisolles par le canal, je me retrouve donc sur la grande route en direction de Canals. Un peu de circulation pendant quelques kilomètres et l'arrivée à Canals, la route descend ensuite vers Grisoles sous les arbres, par l'ancienne nationale. Je retrouve le canal juste avant Grisolles. Arrêt dans le village pour remplir la gourde. Je longe le canal par la route nationale, car l'aménagement n'est pas fait sur cette partie... Je passe par Pompignan et St Rustice. A St Jory, je décide de voir si le chemin de halage est praticable, bonne nouvelle! je retrouve donc le canal, avec le même calme qu'en début de matinée.







L'arrivée dans la Haute-Garonne, entre Pompignan et St Rustice, le canal se trouve à droite de la ligne de chemin de fer.







Le canal est presque rectiligne jusque Toulouse. A part quelques écluses, rien de particulier. En arrivant dans les faubourgs nord de Toulouse, je quitte le Canal pour retrouver le premier camping repèré le matin dans mon carnet, pas de chance, il est complet! direction centre ville et la place du capitole pour manger le midi.








Une maison éclusière à Montech...








J'arrive donc dans Toulouse, la Ville Rose par l'avenue des États-Unis, je fais une photo devant le panneau "Toulouse", et je repars toujours en direction du Capitole, Après le boulevard d'Arcole, je rentre dans le centre, les rues sont plus étroites, semi-piétonnes, le coeur historique de Toulouse avec la brique de terre cuite,









Je pose devant l'entrée de la Ville Rose, avec le vélo et la remorque...






Les rues ont une double dénomination, l'une en français, et l'autre en catalan. La Cité des Violettes, autre surnom de la ville, dont les influences catalanes sont bien présentes, me rappelle un peu Barcelone. La lourdeur a fait place à une certaine douceur, sous les nuages ne masquant que très légèrement le ciel.







Les plaques indiquant la place du capitole...









N'ayant pas le plan de la ville sous les yeux, j'arrive, par des petites rues sur la place du capitole Je m'arrête sur la place pour manger le midi. Un double sentiment ce midi, le premier, la satisfaction du parcours mené à son terme. Et le second, une tristesse due à la fin proprement dite de mon périple...






Je pose le vélo et la remorque devant le Capitole pour manger, quelques passants ont été intrigué par l'ensemble...

 






 

 

Après le repas et quelques appels à mes proches pour leur faire part de mon arrivée, je repars, en balade dans la ville, et rapidement je pars à la recherche de l'autre camping de Toulouse. Là, ca va être un peu laborieux.... le chemin de Tournefeuille n'est pas évident à trouver, surtout sans plan. Et comme il se situe à la limite de la ville, sur les plans municipaux, il n'apparaît pas systématiquement. Je le trouve enfin, avec les indications glanés auprès des passants. Après plus de 100 kilomètres effectués, les jambes commencent à me trahir, surtout avec le cumul de tous les jours....Je n'ai pas le courage d'aller dans le camping le plus proche, à plus de 20 kilomètres de là. Je décide donc d'aller à l'hôtel, dans la zone aéroportuaire de Toulouse Blagnac, le plus proche de l'endroit où je me trouve...Je demande le chemin à un couple, qui me propose de passer devant en voiture pour me guider, très gentil de leur part. J'arrive à l'hôtel, les jambes sont dures. Encore plus de 105 kilomètres aujourd'hui.







Le Pont Neuf, sur la Garonne, au fond la Basilique St Sernin.








Le lendemain, la balade dans la ville, le long le la Garonne, et autour les monuments se fait toujours sous un beau soleil. Direction ensuite la gare pour échanger le billet de train du retour. Je rentrerai le surlendemain (mardi). Je passerai ensuite l'après-midi à flâner encore un peu et ensuite, direction Roques, au sud-ouest de la ville pour aller dans le camping repéré la veille.








L'hôtel-Dieu St Jacques, avec le reste de l'ancien pont sur la Garonne. Tout à gauche, le pont neuf.






L'accumulation de la fatigue, et la douleur dans les jambes me font prendre une décision, je n'irai pas plus loin, Gavarnie et son cirque seront pour la prochaine fois...







Le Stadium de Toulouse...









La soirée au bord du fleuve, pour la dernière nuit sous la tente est emprunte de nostalgie. Le lendemain soir, je serais rentré chez moi, dans la banlieue parisienne. Pendant le retour en train, je longe a plusieurs reprises la route empruntée en vélo, quelques souvenirs reviennent...
Je suis quand même entièrement satisfait du parcours, mené à son terme. Presque 250 kilomètres de plus que prévus, avec une semaine de moins!
J'aurai dû m'arreter un peu plus le long de mon trajet, mais l'envie de remonter sur le vélo pour avancer devenait presque une drogue!

Fin du périple, démarré 15 jours plus tôt, une expérience enrichissante, de part la beauté des régions traversées, et la gentillesse des personnes rencontrés sur la route. Mention spéciale à Sophie, avec qui j'ai passée de très bons moments. Merci à tous !

L'année prochaine je reprendrais encore le vélo et la remorque, toujours au départ de Paris, pour partir vers d'autres destinations, comme Le Pays Basque ou La Catalogne entre autres....

Lire la suite

Etape 14-Molières(82)-Garganvilar(82)

19 Juillet 2008 , Rédigé par Xavier Schmitt Publié dans #Paris-Toulouse Juillet 2008

Samedi 19 Juillet, j'arrive dans la vallée du Garonne ! Enfin une étape de plat. Je ne sais pas encore jusqu'où j'irai cet après midi, je verrais suivant ma progression et mes envies.
Donc, destination Moissac pour la pause de midi. je pars vers Lafrançaise par une route large, je croise quelques cyclistes et des scouts aussi. Le relief est plutôt plat, du moins jusque l'entrée de Lafrançaise. J'entre dans le bourg par une belle cote, direction le centre ville pour acheter une carte de la région. Je passe à coté de l'église, magnifique!






L'église de Lafrançaise, sous un ciel toujours bleu...










Sur la place, une table d'orientation offre une vue incomparable sur la vallée de la Garonne. Oui, enfin du plat à perte de vue, enfin presque, on distingue dans le lointain les Pyrénées aux sommets enneigés. je songe depuis le départ de paris à rallier Gavarnie... Mais malgré l'avance engrangée depuis quelques jours ne me permettent pas de le faire, il y a encore trop de kilomètres à parcourir en trop peu de temps... Ca sera pour un prochaine fois.






Le point de vue vers la vallée de la Garonne à Lafrançaise, au premier plan c'est le Tarn et au fond (à peine visibles), les Pyrénées.








Je reprend la route de Moissac, capitale du Chasselas et ville étape du chemin de St Jacques de Compostelle, mais par la Via Podiensis, en passant par Labastide-du-Temple. La route descend au niveau de la plaine. première crevaison depuis Paris. C'est un cailloux vu à la dernière seconde, un coup de guidon pour l'éviter, mais la roue arrière passe dessus. Je m'arrête à coté d'un platane, au bord de la route. Aussitôt des cyclos s'arrêtent, et me prêtent secours, une discussion sympathique s'engage, intrigués par la remorque, ils me demandent quelques renseignements. L'un sort sa pompe, et l'autre ses démonte-pneus. Mais, le temps de sortir ces derniers, j'avais déjà retiré le pneu, verdict la chambre à air a été pincé en roulant sur le caillou. Je repars quelques minutes plus tard, ils m'indiquent le trajet à prendre pour aller à Moissac. Merci à eux, je n'avais pas imprimé cette partie du parcours.







Le pont Canal sur le Tarn.









Je passe aussitôt le Tarn par un pont suspendu, la rivière est large, elle vient de recevoir l'Aveyron. Et se jettera un peu plus en aval dans la Garonne. des champs de maîs à perte de vue, des pêchers aussi... Je m'arrête à Labastide-du-Temple pour remplir la gourde. Il fait déjà chaud en cette matinée, mais le relief est plus favorable, juste quelques petites côtes à peine perceptibles, même avec la remorque







Je dépasse aujourd'hui les 1000kilomètres depuis Paris.








J'arrive au bord du Tarn et là, un imposant pont est comme posé sur la rivière. Il s'agit du Canal de l'entre Deux Mers, prolongemement du Canal du Midi au delà de Toulouse vers l'océan. Je passe sur le pont, c'est délicat, car ce n'est pas du bitume, mais une succession de Galets, posés en vertical, résultat plein de secousses...Direction Moissac par le bord du canal, ça me rappelle l'année dernière entre Agde et Toulouse tout ça... Une belle ambiance de nonchalance se dégage, une éloge à la lenteur entre les quelques bateaux de croisères et les badauts se promenant sur les berges.








L'arrivée à Moissac par les berges du Canal...







La pause de midi se fera sur la place des Recollets, pendants que les chalants rangent leurs étales, en ce jour de marché. Je décide ensuite de partir en direction de Valence d'Agen, histoire de voir le confluent de la Garonne et du Tarn, à quelques kilomètres de Moissac. Sur la carte, le plan d'eau à l'air imposant...Je longe donc le canal, entre le chemin de fer, la route et les derniers hectomètres du Tarn. le chemin est toujours aussi bien entretenu, bitumé, et sans bosses. J'arrive au confluent, des escaliers avec une rampe aménagée pour les vélos me mène à un pont dont le point de vue est magnifique sur cette étendue d'eau.






Une étendue d'eau énorme pour un confluent, une base de loisirs est même aménagée. A la droite la Garonne, et au fond, en face le Tarn.







Le soleil m'accompagnant sur le long du parcours, je repars, à l'ombre des quelques platanes, en direction de Moissac. Je pense un temps m'arreter dans un camping de Moissac pour l'après-midi, mais l'envie de continuer à rouler est plus forte. Je reprend les berges du canal, après le pont-canal passé, une grande ligne droite à l'ombre des platanes, les quelques bateaux de croisières, et les gens venus se balader en ce samedi après midi me rappellent encore un peu plus le Canal du Midi plus très loin. Destination Castelsarrasin pour ce soir, à quelques kilomètres de là.







Ambiance au bord du Canal des deux mers...








Arrivé au port Jacques-Yves Cousteau de Castelsarrasin, je constate qu'un camping n'est pas très loin, à Garganvilar, après une petite pause en centre-ville, je repars en direction de Garganvilar par St Aignan. La dernière cote à la sortie de Castelferrus vers Garganvilar est dure sous le soleil écrasant. J'arrive enfin au camping, tenu par des hollandais, je suis le seul français, tous les résidents sont aussi hollandais, un camping très calme. Encore plus de 90 kilomètres parcourus aujourd'hui...

carte du parcours:



Profil du parcours:

Lire la suite

Etape 13-St Cirq Lapopie(46)-Molières(82)

18 Juillet 2008 , Rédigé par Xavier Schmitt Publié dans #Paris-Toulouse Juillet 2008

Samedi 18 Juillet, Bonne nouvelle, la montagne sera finie ce soir....Enfin ! le profil aplani des 2 dernières étapes fera du bien pour des jambes qui commencent à fatiguer... Mais aujourd'hui destination Molières, dans le Tarn et Garonne. Le soleil brille déjà dès le réveil. Je démarre du camping, en bas de St Cirq, direction Aujols; Le parcours commence par une ascension dans St Cirq et elle se prolonge pendant plus de cinq kilomètres, dans la foret, avec un profil irrégulier.
 






St Cirq Lapopie au matin, avec le Lot à ses pieds.









Sur le causse de Limogne, je pars donc à la recherche de caselles, dont l'office de tourisme de Labastide Murat m'a confirmé la présence dans cette région la veille... J'en trouve une au bord de la route. Petite pause photo obligatoire!







Une très belle caselle, aussi appellée borie en Provence...









Je repars, content d'avoir trouvé un exemplaire en parfait état, et pour cause, elle est dans un endroit bien aménagé ..., Elle ne doit pas être très vieille. J'en verrai une autre, au bord d'un champ, mais plus authentique cette fois ci!Je continue donc la route qui redescend dans un vallon. On voit bien au loin le profil de moins en moins marqué, ça devient bon!
En Arrivant à Aujols, je trouve au bord d'une retenue d'eau une belle série de lavoirs papillon bien conservés.






Les lavoirs papillon d'Aujols. Petite Guerre de clocher : les lavoirs ont été interdits aux habitants de la commune voisine de Cremps, car ils avaient interdit l'accès à leur lac pour la pêche....







Passé Aujols, j'arrive à Laburgade. Je m'arrete discuter avec un habitant qui m'indique le chemin pour trouver le chemin des puits. Il y a une succession de onze puits qui permettent de garder l'eau dans ce causse plutôt sec...
 







Le chemin des puits à Laburgade...









Toujours à Laburgade, je vais voir l'Église romane Saint-Roch où une Piéta est au dessus de l'entrée.






La facade de l'église de Laburgade, avec la Piéta au dessus de l'entrée.









Je quitte Laburgade pour aller vers Lalbenque, plus gros marché du Sud-Ouest de la truffe noire, car dans le Quercy, nous sommes dans la région des chênes truffiers, que l'on voit de parts et d'autres de la route. Cette route est agréable à parcourir sous un ciel toujours bleu. je rattrape des "vélotiers", j'en croise aussi. J'arrive enfin à Lalbenque. Il y a un beau pigeonnier à l'entrée du bourg. Pause photo. Là, je rencontre des gens du village, dont un retraité de la Ratp qui m'explique son bonheur d'habiter ici depuis vingt ans... Il m'indique la route à prendre ensuite.










Le pigeonnier à l'entrée de Lalbenque sous un ciel "desespérement" bleu !











La saison d'été n'étant pas celle de la truffe, je ne verrais pas ce marché....ça doit être sympa à voir, dommage pour moi. Je repars toujours vers le sud, mais je me trompe, direction sud-est au lieu de sud-ouest, je ne m'en aperçois pas tout de suite, mais seulement  au bout de presque dix kilomètres, c'était tellement roulant, je n'en suis pas rendu compte...











Un panneau à l'entrée de Lalbenque pour nous rappeler sa spécialité...








 

 

Direction Belfort du Quercy avec une confirmation, les pentes ne ressemblent plus à ce que j'ai connu encore au matin à la sortie de St Cirq, le relief est plus doux depuis quelques kilomètres. Je passe ensuite tout proche de Montpezat du Quercy.







Le département du Tarn et Garonne après Belfort du Quercy.








Je longe une rivière, faisait office de limite entre le Lot et Le Tarn et Garonne, département dans lequel je suis entré depuis quelques kilomètres. Il fait toujours aussi chaud en ce début d'après-midi. la petite route est quasiment plate et les champs en fait place aux chênes truffiers. J'arrive assez rapidement à Molières après avoir gravi une dernière côte. Le camping se situe à la base nautique, après-midi baignade à la base pour se détendre un peu. Une constatation, la région attire beaucoup de touristes étrangers et notamment une majorité de hollandais, vu les plaques d'immatriculations. Encore un peu plus de 70 kilomètres aujourd'hui.


Carte du parcours:



Profil du parcours:

Lire la suite

Etape 12-Pont de Rhodes(46)-St Cirq Lapopie(46)

17 Juillet 2008 , Rédigé par Xavier Schmitt Publié dans #Paris-Toulouse Juillet 2008

Jeudi 17 Juillet, destination St Cirq Lapopie, l'un des plus beaux villages de France, encore un ! en passant par Cahors.
Départ après un petit déj au camping. destination Labastide Murat. Après Frayssinet, j'emprunte un e petite route qui va monter au milieu des arbres et des champs juste au lieu-dit La Croix Blanche. une humidité présente plus que d'habitude fait apparaître un léger brouillard dans la cote. je longe l'autoroute pendant quelques kilomètres et j'arrive ensuite à Labastide Murat. Je vais à l'office du tourisme pour chercher des caselles(petites maisons de pierre au bord des champs) à photographier...
Renseignements pris, je devrais en trouver plus le lendemain, je repars vers Vers, en passant par St Sauveur la Vallée et St Martin de Vers. Mon coup de gueule viens de la descente à la sortie de Lamastide Murat. Je m'explique: les services de la DDE se sont occupés de remettre des gravillons sur la route, mais d'une épaisseur telle que rouler en vélo dans la descente est un vrai numéro d'équilibriste, je suis obligé de prendre les virages au pas, tellement l'épaisseur est énorme !!! Un calvaire sur plusieurs kilomètres... Alors peut être suis-je passé juste avant un nettoyage de la chaussée, mais c'est très limite de laisser ca sur la route!!!








Une borne originale à l'entrée de Lamagdelaine...













Bref, la route descend bien le long de la rivière Vers. les gravillons disparaissent au niveau de St Sauveur, un faux plat descendant plutôt peu fréquenté pendant presque de 20 kilomètres sous le soleil revenu est très agréable.







Le village de Galessie vu de la rive droite du Lot...








J'arrive ensuite à vers, au bord du lot, Destination Cahors pour la pause du midi, via Lamagdelaine et Laroque-Des-arcs, en longeant le Lot je rentre à Cahors, blottie dans une des boucles du Lot.
le pont de Valentré, emblème de la ville est de l'autre coté de la ville, un peu plus en aval... Je mange dans le centre de Cahors, et direction le pont, qui fête cette année ses 700 ans! une série de spectacles est prévu cet été.







Le Pont Valentré qui fête ses 700 ans cette année.








Une coquille St Jacques à l'entrée du pont indique que je suis toujours sur le chemin des pèlerins. Destination St Cirq Lapopie par Arcambal. Après avoir passé sur le pont, je longe la rive gauche du Lot, même après la route de Toulouse. La route longe la montagne, le relief est vallonné.








Une belle demeure sur les hauteurs d'Arcambal...







Arrivé à Arcambal, un camping-cariste cherche à remplir ses bidons. Il peste car le remplissage est payant, et aucune personne n'est présente pour acheter le jeton.... Je repars donc vers Galessie par une petite route qui monte pendant plusieurs kilomètres. Arrivé en haut, un beau panorama s'offre à moi, au sud le soleil, et au nord la pluie... oui, je sais, c'est un peu cliché, mais la stricte vérité!

 

 

Les maisons troglodytes en face de Bouziès.



















La route redescent, très etroite par endroit, le croisement de deux voitures semble presque impossible sur toute cette portion. A flanc de montagne, entre deux arbres, on voit bien la falaise se baigner les pieds dans le Lot,  Lot que je passe après avoir traverser Pasturat. Je me retrouve dans la vallée, le profil de la route pour ces 15 derniers kilomètres sera plus reposant avec une vitesse proche de 35 km/h jusque au pied de St Cirq...
En face du village de Bouziès, des maisons troglodytes sont au dessus du tunnel où passe la route.Je vois le Village de St Cirq au loin, les nuages ont repris place dans le ciel incertain.








Des scouts descendant de St Cirq.








J'arrive au terme de l'étape du jour apres 80 kilomètres. un repos dans le camping au bord du Lot, où un film est projeté en plein air. Soirée calme, la pluie m'aura épargnée.

Carte du parcours:



Profil du parcours:

Lire la suite

Etape 11-Padirac(46)-Pont De Rhodes(46)

16 Juillet 2008 , Rédigé par Xavier Schmitt Publié dans #Paris-Toulouse Juillet 2008

Mercredi 16 Juillet, au menu du jour, Rocamadour et Gourdon. Après un petit déj au camping, je pars. Sans aller voir le Gouffre que j'ai déjà visité 2 fois, je prend la direction de Rocamadour, par Alvignac, la route est bien vallonée sur le causse de Gramat. Le temps est au beau fixe, une belle journée en perspective. A la sortie de Padirac, la cote mets tout de suite en jambes. La route est bordée de murets de pierre, qui sont retrouvées dans les champs. On a l'impression que la route se fraye un chemin entre les vallonsqui se succèdent. Ce qui incite à une certaine nonchalance. Après 15 kilomètres, j'arrive à Rocamadour, première étape de la journée...






Je pose devant le site de Rocamadour, vu de L'Hospitalet, sous le soleil omniprésent depuis plusieurs jours.








Je décide d'envoyer quelques cartes postales d'ici. C'est surement l'un des plus beaux sites depuis le début du périple. L'heure de midi approchant, je mange sur place, ne sachant pas si je trouverais à manger avant Gourdon, à plusieurs dizaines de kilomètres de là. Je repars, après avoir faire le plein du bidon, sous une chaleur éprouvante, mais heureusement par une longue descente, en direction de Calès. La route serpente sans abris, dans les cailloux pendant plus de 7 kms. Aussitôt, à la faveur d'u changement de coteau, les arbres me permettent de m'abriter un peu du soleil dans l'ascension de la cote menant à Calès. Acec la remorque, j'utilise très rapidement le développement maximal (30x25).
Après avoir passé Calès, direction Payrac par une belle descente pour, après avoir passé le pont de l'autoroute, remonter par un faux plat et une dernière cote aussi rude que celle qui m'a mené à Calès.







On rentre ici dans le Parc naturel régional des Causses du Quercy








A Payrac, j'emprunte la Rn20 pour quelques kilomètres. Mais la circulation est très calme. Direction Gourdon par le Vigan. une belle descente que l'on partage avec les quelques camions qui distribuent Gourdon. La descente fini au bord du Lac Vert, petite retenue d'eau àl'entrée du Vigan. A partir de là et jusque Gourdon, la route sera bordée de platanes, protégeant de la chaleur. Je m'arette à la terrasse d'un café pour faire une petite pausde et remplir mon bidon. Je repars ensuite pour quelques kilomètres qui me sépart de Gourdon.
Aussi une étape des pélerins de St Jacques de compostelle, la capitale de la Bouriane, qui se situe sur une butte à égale distance de Limoges, Toulouse et Bordeaux, recelle de nombreux restes de l'époque rupestreavec notamment les Grottes de Cougnac.
La région concentre 30% de la production française de foie gras de canard. La butte domine les vallons du périgord.








Une des rues qui mène à l'église Saint-Pierre, en haut de la butte, au fond, le drapeau emblème de la Région Midi Pyrénées.











 Après avoir fait le tour et visité les rues de la cité, je repars vers St Cirq Souillaguet, toujours sous le soleil, le faux plat montant fait mal, sous la chaleur étouffante de cet après midi. je m'arrete pour remplir ma gourde chez l'habitant, La dame me propose même de me reposer sous la treille "mais vous êtes fou, par cette chaleur...".
Mais je repars aussitôt, ayant envie de finir l'étape rapidement. Merci quand même à cette personne !
Le parcours se finit par une belle descente menant à St Chamarand. Quelques kilomètres plus loin, j'arrive au camping du Pont de Rhodes, terme de l'étape du jour, après presque 70 kilomètres.

Carte du parcours:



Profil du parcours:

Lire la suite

Etape 10-Brive La Gaillarde(19)-Padirac(46)

15 Juillet 2008 , Rédigé par Xavier Schmitt Publié dans #Paris-Toulouse Juillet 2008

Mardi 15 Juillet, aujourd'hui je passe la vallée de la Dordogne. Le temps est au beau fixe. Je quitte Brive par la route de Collonges-la-Rouge. La route monte dès la sortie de la ville, et ce, pendant 8 kilomètres environ, La circulation est importante sur la route large et roulante. Suit une belle desente jusqu à Noailhac. Il faut faire attention, car dans la descente la remorque pousse, le freinage doit être plus important, et aussi anticipé dans les courbes.







Collonges la Rouge, A visiter absolument !!!









En bas de la descente, je me retrouve devant une cote dont la pente est forte (10%). Je pose pieds à terre quelques dizaines de mêtres plus loin pour la première fois (et la seule d'ailleurs) depuis le début du périple...






Les rues ont beaucoup de charme à Collonges...










Arrivé en haut, je remonte sur le vélo pour quelques kilomètres puisque j'arrive ensuite à Collonges la Rouge, un des plus beaux villages de France. Etape des pélerins de St Jacques de Compostelle, Collonges, intemporelle, est uniquement construit avec du grès rouge, issu du massif de l'habitarelle qui surplombe le bourg. Un détour s'impose pour qui passe dans la région!










Le relais St Jacques, bien reconnaissable, avec la coquille.











Après avoir visiter le village, je repart,pas pour longtemps. Un grand clac se fait entendre. je m'arrete, je constate rapidement que ma roue arrière est à l'origine du bruit. Premier problème technique depuis Paris. Il s'agit de deux rayons qui semblent cassés. La roue est vraiement voilée. Je me renseigne auprès des habitants du village, il y a un revendeur de cycles à Bretenoux, ou à Brive... Pas question de repartir sur mes pas donc direction Bretenoux a vitesse réduite. J'ai peur d'une casse supplémentaire du fait que la remorque pèse aussi sur la roue arrière et qu'elle fatigue un peu plus la jante. Je passe donc Meyssac, Marcillac la Croze, ainsi que les kilomètres suivants au ralenti, sans trop forcer sur les pédales. Mais le relief ne m'aide pas. Petit arret au cimetière de Marcillac pour remplir la gourde. Quelques kilomètres avant Beaulieu sur Dordogne, le faux plat descendant se fait pratiquement sans pédaler. Il ne reste que huit kilomètres avant Bretenoux et le magasin de vélo. j'arrive pendant midi, je vais donc manger dans un resto de Biars sur Céré. Entre temps, je suis rentré dans la région Midi-Pyrénées peu après Altillac.








L'entrée dans le Lot, entre Altillac et Biars sur Céré, dans la vallée de la Dordogne.












Le diagnostic du mécano est formel, il s'agit d'une coquille dans la jante cassée, il fait la réparation qu'il peut. Un grand merci à lui. Il me conseille de voir avec Mavic (le fabriquant de la roue) pour que la pièce passe en garantie. Mais la roue ne l'est plus depuis longtemps. Je verrais à mon retour pour une réparation "approfondie".
Je repars donc avec une roue réparée pour affronter la dernière difficulté du jour qui me menera à Padirac, à coté du Gouffre. Je passe par la route qui monte à flanc de rocher, à coté de la Grotte de Presque, sous un cagnard terrible. Je m'arrete une fois dans la cote, pour souffler un peu. Arrivé en haut, je trouve un garage de matériel agricole où des mecanos s'affairent sur un tracteur, ouvert en deux, problème de boîte parait-il... Je remplis ma gourde et repars pour les derniers kilomètres.








Mon arrivée à Padirac sous le soleil.








Arrivé à Padirac, je vais dans le premier camping que je trouve. Piscine après avoir installé la tente et une bonne nuit ensuite. Environ 80 kilomètres sous une chaleur éprouvante.

Carte du parcours:


Profil du parcours:

Lire la suite

Etape 09-Uzerche(19)-Brive La Gaillarde(19)

14 Juillet 2008 , Rédigé par Xavier Schmitt Publié dans #Paris-Toulouse Juillet 2008

Lundi 14 Juillet, une "étape de liaison" aujourd'hui, petite distance pour me reposer de la veille, et surtout pour trouver une laverie. "Seulement" 52 kilomètres accomplis sans difficulté particulière, hormis la sortie d'Uzerche par le sud dès les premiers mètres. Le camping étant au bord de la Vézère, il faut remonter en haut de la ville, un peu casse-patte pour un début. Le temps est au beau fixe, à l'inverse de la veille au soir...







La Ville d'Uzerche, perle du Limousin, vue des bords de la Vézère le matin avec le soleil revenu, site du feu d'artifice de la veille au soir...








La route utilisée sera l'ancienne RN20 délestée d'une grande partie du trafic, reporté depuis quelques années sur l'autoroute toujours gratuite à cet endroit. La nationale est très roulante et je me prends à rouler entre 30 et 35km/h, voire un peu plus avec la remorque. Je rattrappe même un cycliste, surpris de me voir "débouler" sur lui. On discute ensemble sur quelques kilomètres, avant qu'il bifurque.







Un vrai bonheur pour rouler en vélo !









La route étant coupé pour cause de travaux pour la création d'un nouvelle rocade au nord de Brive, je passe par Ussac.









La Collègiale Saint-Martin, centre historique de Brive, vue de la rue Toulzac.










Arrivé à Brive, on se sent déjà dans le midi, avec les platanes qui nous abritent du soleil aux bords des boulevards. un passage à la laverie obligatoire, j'en profite pour flaner dans la vieille ville sous un beau soleil.

carte du parcours:



Profil du parcours:

Lire la suite

Etape 08-Aixe sur Vienne(87)-Uzerche(19)

13 Juillet 2008 , Rédigé par Xavier Schmitt Publié dans #Paris-Toulouse Juillet 2008

Dimanche 13 Juillet, aujourd'hui, ce sont les derniers kilomètres en commun avec Sophie. Après un petit déjeuner, direction Bussière Galant pour la pause casse crôute, en passant par Le Breuil, St Martin le Vieux, Flavignac et Les Cars, avec un arret dans les commerces du coin pour acheter le necessaire au casse-croûte. Le temps est moyen aujourd'hui... On arrive à Bussière Galant pour la pause du midi. Fin de l'aventure commune, nos chemins se séparent ici, Sophie va tout droit vers Chalût, et moi je tourne à gauche en direction d'Uzerche. Elle ira à Pau, en passant par Perigueux, Mont de Marsan, un beau programme...
La route est bien roulante, un faux-plat descendant sur plusieurs kilomètres, avec une vitesse de 35 km/h le plus souvent. Mais, après Ladignac le Long, la pluie s'invite, la fraicheur aussi. Je passe St Yrieix la Perche sous la pluie. Le relief est un peu moins favorable depuis quelques kilomètres, mais j'avance bien.










L'entrée de Sent-Iriès










 
De grands vallons se profilent à l'horizon après St Yrieix. Ensuite le chateau de Coussac-Bonneval apparait, mais je suis toujours sous les gouttes, je préfère avancer, les photos ne seraient pas belles sous pluies. Avec les derniers kilomètres dans la Haute Vienne, le temps se calme un peu. Ca va me premettre de secher un peu, un arret chez des habitants pour remplir la gourde, je repars pour les 30 derniers kilomètres qui me séparent d'Uzerche. La grande route me mène à Lubersac. Les jambes commencent à fatiguer, et pour cause dèjà plus de 90 kilomètres parcours, il en reste environ 15...
Mais la descente vers Uzerche est bien roulante. Des dizaines de GoldWing me dépassent pendant les derniers hectomètres me séparant d'Uzerche, surement une concentration dans la région.







L'entrée nord d'Uzerche, par le tunnel de l'ex Rn20. 








J'arrive donc à Uzerche par beau temps, mais en quelques instants, un orage se fait entendre et je suis trempé assez rapidement, ce qui me refroidi d'aller au camping. je pars donc en quète d'une chambre d'hotel... Malheureusement, en arrivant le 13 juillet en fin d'après midi, en pleine fête médiévale, tous les hotels affichent complet. Le temps ce calme, le soleil revient et j'ai n'ai donc pas d'autre choix que d'aller au camping au bord de la Vezère.
Là, un feu d'artifice est prévue pour la tombée de la nuit, peu après 22h00. Mais, avec la fatigue, plus de 100 kms parcourus, je n'entendrais rien. J'ai donc manqué un feu d'artifice qui devait être magnifique vu le cadre, dommage....

Carte du parcours:



Profil du parcours:

Lire la suite

Etape 07-St Léonard de Noblat(87)-Aixe sur Vienne(87)

12 Juillet 2008 , Rédigé par Xavier Schmitt Publié dans #Paris-Toulouse Juillet 2008

Samedi 12 Juillet, Aujourd'hui, nous ferons 45 kms, avec le passage à Limoges.
Le matin, après un petit déjeuner en solitaire, Sophie étant partie devant, je reprend le chemin de St Jacques. La première cote est très raide et longue. je passe plusieurs hameaux avant d'arriver à Aureil. On se retrouve pour passer Feytiat ensemble.A l'entrée de Limoges, on prend un petit chemin escarpé, véritable passage des pélerins. On arrive au bord de la Vienne, que l'on retrouvera à la fin de l'étape. On repasse sur le pont Saint Etienne. Une Coquille St Jacques symbolise l'itinéraire des pélerins.








Le pont St Etienne sur la Vienne à Limoges, point de passage historique des pélerins de St Jacques.












On fait une pause midi au pied du pont. Une pluie battante tombe à ce moment là....Des problèmes de téléphone nous conduisent en centre ville pendant quelques instants. On repart ensuite à la recherche du chemin de St Jacques, après s'être renseignés plusieurs fois, on le retrouve enfin à la sortie de Limoges






La cathedrale Saint Etienne, après la pluie le beau temps..









Il ne reste que quelques kilomètres pour rejoindre Aixe sur Vienne, terme de l'étape du jour. La route se poursuit par Isle et Mérignac. On rentre enfin dans Aixe sur Vienne par la Nationale21 avec un fort trafic. Le camping se trouve au bord de Vienne. La piscine n'est pas loin, idéal pour se détendre un peu.







L'entrée dans Aixe sur Vienne avec son nom en occitan.








Carte du parcours:



Profil du parcours:

 

Lire la suite

Etape 06-Bénévent l'Abbaye(23)-St Léonard de Noblat(87)

11 Juillet 2008 , Rédigé par Xavier Schmitt Publié dans #Paris-Toulouse Juillet 2008

Vendredi 11 juillet, nous allons passer le point le plus haut du parcours, Il se situe à St Goussaud (environ 700m d'altitude). L'une des étapes les plus valonnée du parcours. Après une bonne nuit et une photo souvenir, on démarre sous un ciel incertain. On débute par  quelques kilomètres de descente, on s'arrete pour refixer correctement les sacoches à Marsac, et ensuite la montée vers St Goussaud, première difficulté du jour et dernière étape creusoise des pélerins de St Jacques. Le ciel devient menaçant et la pluie s'invite sur notre parcours. A Arrenes la route commence à s'élever. Elle n'arretera pas pendant 7 kms. La fraicheur et l'humidité s'installe au fur et à mesure que l'on passe dans la foret. Et dire que nous sommes le 11 Juillet !!!
Le temps a bien changé depuis la veille. Enfin arrivé à St Goussaud, on se réfugie dans le seul restaurant ouvert du village. le village est très, très calme...







Je pose devant le panneau, sous la pluie....









Le temps de faire secher les affaires et de manger, on repart ensuite dans la descente vers Châtelus-le-Marcheix.
Nous ne verrons pas la table d'orientation qui offre un point de vue sur toute la région et même le Puy De Dôme par beau temps... Le ciel est complètement bouché. La température remonte au fur et à mesure que nous descendons le col, mais le ciel ne se découvrira pas totalement, nous aurons de la pluie par moment jusque la fin du parcours.
A l'entrée de Chatelus, à droite direction Les Billanges. La route, qui serpente à fleur de montagne, entre sous-bois et prairie est bien agréable. Attention aux chiens non attachés dans la traversée des villages!!! Petite frayeur donc en passant aux Billanges...











On quitte la Creuse pour la Haute Vienne.










Suit la descente vers le pont sur le Dognon. La retenue d'eau sur la Taurion est presque à sec, Il ne reste qu'un petit filet d'eau dans le lit de la rivière. Après cette descente bien roulante, il faut remonter, et là, c'est 6 kilometres difficiles. On s'arrete faire une pause pour reprendre des forces. Il ne reste pas beaucoup de kilomètres, environ 15, mais le dénivelé ne sera pas de tout repos jusqu'au bout. On arrive au Châtenet en Dognon, le chemin de St Jacques tourne à droite, on le suit. Une petite route nous amène par un beau vallon, là une maison toute en bois se construit. On entre enfin par une route à grande circulation à St Léonard, le camping est au bord de la Vienne, en bas de la ville. Le bruit de l'eau au barrage de la rivière ne nous empecheras pas de dormir...


Carte du parcours:


Profil du parcours:

Lire la suite
1 2 > >>